Créer des liens

La ville de demain est celle qui crée des liens avec ses habitants. Elle répond à leurs besoins et anticipe leurs évolutions. Le « Rocher urbain » est conçu comme un morceau de ville en adéquation avec le mode de vie actuel des parisiens. Si les réseaux sociaux ont poussé vers une forme d’individualisme, nous voulons au contraire que le projet prône la rencontre et l’échange dans des espaces physiques communs. Vivre ensemble c’est aussi mutualiser les espaces et les services. Les notions de chronotopie et de polyvalence prennent tout leur sens dans ce type de bâtiment, notamment pour la conception des accès, des locaux partagés et des aires de stationnement. Ce projet ambitieux favorise les synergies et repense la manière d’habiter, de travailler, de consommer et de se divertir. Il invite également à se réapproprier l’environnement plein air au travers d’espace extérieurs partagés et de nouvelles activités sportives qui y sont proposées.   Ces échanges et ces interactions entre personnes sont ce qui constitue l’acte fondateur de la Ville. S’étant globalisés et dématérialisés, il s’agit désormais de retrouver des espaces pour reforger « un réseau social local », à des échelles plurielles. Cette diversité de programmes et de lieux que prône le bâtiment permet de maintenir une activité et une vie tout au long de la journée.

“Le Rocher est en constante effervescence, de jour comme de nuit”

Bien que le programme initial de la ZAC prévoie exclusivement des surfaces de bureaux, nous pensons qu’une mixité fonctionnelle sur ce site est la réponse appropriée pour la qualité de vie qu’elle induit. L’offre de bureaux doit s’adapter à l’évolution des usages et à la dématérialisation pour réinventer la manière de travailler en ville. Le rocher urbain offre des espaces de bureau conçus comme des lieux d’échange et non de production pour les acteurs du tribunal et l’aide aux habitants.

L’offre de logement est la première expression de la mixité recherchée dans notre projet puisqu’elle mêle accession privée, locatif social et des logements partagés d’un nouveau genre. Les mutations familiales, l’évolution des modes de vie et la réduction de la taille des ménages sont autant de facteurs qui nous ont poussés à repenser le logement et les manières d’habiter.

L’organisation du bâtiment s’articule autour d’espaces partagés. La distribution générale des différents programmes a été pensée pour privilégier la rencontre des usagers. La mixité programmatique du projet est un hymne à la mixité sociale et intergénérationnelle qui fera le Paris de demain.

L’offre de logement est la première expression de la mixité recherchée dans notre projet puisqu’elle mêle accession privée, locatif social et des logements partagés d’un nouveau genre. Les mutations familiales, l’évolution des modes de vie et la réduction de la taille des ménages sont autant de facteurs qui nous ont poussés à repenser le logement et les manières d’habiter.

Nous avons pensé le bâtiment en réfléchissant au croisement des flux des différents usagers de manière à estomper les barrières liées à la nature des différents programmes tout en préservant l’intimité de chacun. Ce double enjeu trouve sa réponse dans un équilibre entre le chez-soi et le partagé.

Le Hall commun, lieu de passage de tous les usagers, est le point de départ de notre réflexion. La conciergerie, la laverie, le surplomb de différentes fonctions, les accès aux différentes entités, les boites aux lettres regroupées et la Recyclerie sont autant de services partagés qui engendrent la rencontre. Les coursives extérieures sont une autre manière de favoriser le contact de l’autre.

Mixité et unité

Nous avons pensé le bâtiment comme un morceau de ville et une entité habitée de différentes manières et de toute part. Aujourd’hui, la mixité devient nécessaire pour répondre aux mutations sociales et à la densité des villes pour un développement urbain durable. La mixité programmatique, comme réponse au site du Lot N2 pour la qualité de vie qu’elle induit, est le point de départ de notre réflexion. Réaliser sept projets au sein d’un même bâtiment a été un véritable challenge. Cette multiplicité programmatique fonctionnelle et sociale nous a questionnés sur l’élément fédérateur de cet ensemble complexe. Il s’agit bien d’une même entité à visages multiples et non de fragments de bâtiments juxtaposés. On y habite, on y travaille, on s’y divertit, on s’y rencontre et on y réapprend le partage. Elle offre un gain de temps aux différents usagers par la proximité des commerces et services et tisse les liens sociaux entre eux en favorisant l’échange, le brassage et le partage au sein d’un même bâtiment.

Il était important que le bâtiment reflète l’activité qui s’y déroule. Nous souhaitions que la vie intérieure puisse être vue de l’extérieur et qu’elle-même puisse profiter d’espaces extérieurs. Si le bâtiment se vit à l’intérieur, ne pouvons-nous pas pratiquer son enveloppe ? Un morceau de ville doit être le reflet de la vie de chacun qui se déroule dans des espaces intérieurs mais aussi à l’extérieur. La notion de plein air et de « Outdoor » prend tout son sens. Le sport est l’une des expressions de l’activité en plein air. De là est née l’idée d’un bâtiment minéral qui à l’image d’un rocher se pratique et s’escalade.

 

 

ARCHI

MODULARITE

Les mutations familiales, l’évolution des modes de vie et la réduction de la taille des ménages sont autant de facteurs qui nous ont poussés à repenser le logement et les manières d’habiter.

Nous expérimenterons au cœur du rocher de nouvelles cohabitations entre familles traditionnelles, familles monoparentales, familles recomposées, célibataires, étudiants handicapés et valides, jeunes actifs, chômeurs, retraités…Cette mixité devra intégrer toutes les diversités de la société pour être opérationnelle.

 

 

Les appartements traversant s’organisent suivant une bipartition jour/nuit et privé/public. La salle de bain et les chambres sont réparties de part et d’autre d’un axe reliant deux espaces extérieurs, l’un servant d’accès l’autre de cocon extérieur. La cuisine est ouverte au nord-est sur les espaces de circulation extérieurs pour préserver l’intimité des séjours/salle à manger orientés sud-ouest.

Vivre ensemble

La démarche éco responsable s’exprime avant tout par la programmation : densité, mixité et partage d’espace et de ressources.

L’écosystème ville-bâtiment-usager place l’Homme au cœur de l’action. C’est en intégrant l’habitant comme acteur conscient que l’on parviendra à initier en souplesse la transformation sociétale durable. Il s’agit de « donner envie de l’être » et non d’imposer.

Le bâtiment veut instaurer la prise de conscience de la consommation des ressources, la production de polluants et de déchets tant à l’échelle collective qu’individuelle. Un affichage de la consommation individuelle au niveau de l’appartement, mais également mis en rapport à la consommation moyenne permettra de sensibiliser et de conscientiser la marge de manœuvre très concrète que l’individu possède pour agir sur son empreinte écologique. Un affichage global au niveau des parties communes assorti d’informations pédagogiques permettra également une prise de conscience globale du rôle d’acteur que joue l’usager dans un système bioclimatique. Pratique courante pour les systèmes de production photovoltaïque, et souvent source de fierté des usagers, cet affichage prendra en compte de multiples facteurs et mesures qui permettront de renforcer cet effet pédagogique.

 

 

Cela passe également par une mise en « réseau social  local» par des espaces réels.

Vivre ensemble autrement appelle à des nouveaux locaux communs : des lieux de rencontre, des lieux de mise en commun de moyens, des lieux d’échanges d’idées et/ou de biens (échanger plutôt que d’acheter, mettre à disposition des autres avant de jeter, organiser le compostage…).

Le développement durable passe également par les dispositions constructives. Il ne s’agit pas de verdir un bâtiment pour suivre une tendance mais de viser sa pérennité ; notamment par une réflexion sur sa la souplesse de reconversion de la programmation induite par les choix structurel et l’utilisation de matériaux durables.